Sauvegarde du patrimoine culturel

 

 

 

 

Afin de garantir la pérennité du patrimoine et de contribuer à définir sa capacité d’évolution, la Société des Beaux-Arts de Lorraine s'est engagée dans un processus de recherche d’œuvres dites « dormantes » auprès de particuliers et d’institutions.

 

Cette recherche pourrait permettre d’accéder à un patrimoine éclipsé et de restaurer des oeuvres pour leur redonner leurs caractéristiques d’origine ou un état quasi-initial afin de valoriser ce patrimoine propre à l’histoire du territoire et de ses citoyens en retraçant ses origines. 

 

Par son action, la Société des Beaux-Arts de Lorraine agit dans l'intérêt de l'Etat français.

 

 

 

En effet, de nombreux articles de presse ont souligné la disparition de milliers d’œuvres au fur et à mesure des années.

Le journal La Croix a interviewé à ce sujet Jacques Sallois, président de la Commission interministérielle de récolement des dépôts d’oeuvres d’art de 2010 à 2018 et ancien directeur des musées de France. 

La Croix a additionné les nombres « d’oeuvres recherchées » publiés par la commission pour chaque catégorie de dépositaires : musées de France, ministères et grandes institutions publiques, institutions en région, réseau diplomatique.

Sur 467.000 œuvres d’art des collections nationales déposées dans diverses institutions au moins 57.500 manquent à l’appel. L’État a plus ou moins négligé ce patrimoine « déposé » dans les institutions républicaines.

Au fil du temps, les œuvres sont égarées, détruites ou volées.

 


Le récolement inachevé des dépôts et des collections provoque des préjudices à la conservation des collections. Une œuvre non repérée peut être amenée à disparaître sans alerter qui que ce soit tandis qu’une œuvre signalée comme disparue peut être retrouvée. Bien qu’il y ait une politique active de dépôts d’œuvres d’art appartenant à l’État et que celle-ci soit une exception française qui résulte de l’héritage révolutionnaire, les œuvres restent néanmoins en insécurité. 

 

Le ministère de la Culture face à cette situation préoccupante et déconcertante a décidé de demander de l’aide dans la recherche de ces joyaux artistiques et culturels de l’histoire de la France et de mettre à disposition de tout public des outils permettant de rechercher dans les bases de données patrimoniales les trésors nationaux volés ou disparus. 

 

https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Circulation-des-biens-culturels/Informations-pratiques/Rechercher-un-bien-vole-ou-disparu

https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Circulation-des-biens-culturels/Informations-pratiques/Collections-sur-Mesure-biens-culturels-voles-ou-disparus

 

C’est en s’inscrivant dans la démarche de cet appel que la Société des Beaux-Arts de Lorraine prend part à la préservation du patrimoine.

Le message de cet engagement est d'autant plus efficace que l'actualité de notre époque nous interpelle quant à la transmission du patrimoine.


Un peuple qui détruit la culture et les témoignages du passé est voué à la disparition. Du moins, espérons que l'Histoire nous donnera raison.

 

Le patrimoine concerne tout objet témoignant d'une activité passée représentative de l'activité humaine ou de la richesse d’un environnement. La sauvegarde de ce patrimoine n’est pas exclusivement justifiée par l’aspect esthétique de celui-ci. Il faut prendre en considération la signification tant sociale que technique ou économique qui s’en émane. Il ne suffit pas d’interroger l’objet de manière singulière mais prendre en compte l’ensemble d’une mémoire et la signification

inscrits en cet objet. Le patrimoine culturel est souvent fragile, vulnérable et parfois même menacé de disparaître pour différentes causes : son état, les phénomènes de mode, etc. Il possède une valeur pour ses caractéristiques singulières et aussi pour ce qu'il évoque et représente dans son contexte.

 

Chaque objet patrimonial, sans être exceptionnel, joue par son existence un rôle dans la personnalité de son territoire. Il y a un besoin essentiel de protéger le patrimoine car la perte de celui-ci conditionne par voie de conséquence la perte d'une part d’une identité. Le regard porté sur le passé et sur l’avenir détermine les choix de transmission. En ce sens, le patrimoine peut être recherché comme une valeur d’usage pour créer un guide, une source de référence.

 

« Il est de la responsabilité de tous de veiller à ce que les nouveaux moyens de diffusion de l'information se traduisent par un enrichissement, et non un appauvrissement du patrimoine culturel mondial », La Recherche passionnément, Pierre Joliot-Curie, scientifique français.

 

Pour tout complément d'information, veuillez contacter :

Manon KLOPP

Historienne de l'art

Médiatrice culturelle

beaux.arts.lorraine@hotmail.com

 

 

 

Quelques grands peintres et sculpteurs de Lorraine

 

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© Société des Beaux Arts de Lorraine. 2021.